retour au sommaire


JACQUES JOUET

Pascal avait son vide...


 

Pascal avait son vide,
                                         ainsi, s’interrogeant
entre deux inventions, entre deux expériences
Blasius Pascal, Arverne, inventa la machine
à calculer la taxe à frapper le Normand
métier du père, reconnaissant, je l’espère
qui n’aura plus la crampe du manieur de plume
et ni le spasme des boyaux calculateurs
de tête : dénombrer, colliger, répartir
la tête avait son vide et la machine un chant.

Pascal avait son vide avec lui, le touchant
du doigt, du titre : Expériences touchant le vide.

Soit : je fais advenir dans un tube de verre
kèkchose qui n’est ni (oh là là, que nenni!)
ni l’air de l’extérieur du tuyau non poreux
ni de l’air enfermé dans quelque vif-argent
ni de l’air insufflé entre verre et liqueur
ni subreptice de quelque façon un air
ni vapeur volatile effet d’un champ de forces
entre deux corps voisins qui s’attirent ou repoussent
ni de conjecturaux « esprits de la liqueur »
et ni l’air extérieur, subtil de chez subtil
qui aurait pénétré le tuyau non poreux
ni rien de sensible qui soit dans la nature
connu du très-savant ou du trop-sensitif.




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits